Cet aticle a été publié en premier sur ce site

Selon une enquête menée par l’institut Taub, le pouvoir d’achat immobilier des ménages au sein des pays de l’OCDE est actuellement similaire à ce qu’il était lors de la fin du 20ème siècle.
Pour Israël, ce pouvoir d’achat serait équivalent à ce qu’il était entre 1998 et 2000 ; pour d’autres pays membres de l’OCDE, la situation serait plus critique qu’en 1995.

En matière de difficultés rencontrés par un ménage pour accéder à la propriété foncière, nous sommes revenus à une situation similaire à celle de la fin des années 90.
Cette situation a été mise en lumière par l’institut Taub au terme d’une enquête visant à jauger les capacités d’un ménage israélien à accéder à la propriété foncière.
Pour cette étude, l’institut a modifié ses critères : alors que de par le passé le pouvoir d’achat était calculé sur la base du salaire moyen et des prix de l’immobilier, le calcul se base aujourd’hui sur les revenus disponibles d’un ménage.
L’un des responsables de l’enquête justifie ce choix arguant que les revenus d’un ménage ne s’appuie pas uniquement sur les salaires perçus ; par ailleurs, il est fréquent que plus d’un membre du ménage perçoive un salaire.

À l’échelle de l’OCDE, en ressort que comparativement aux autres pays, le pouvoir d’achat immobilier des israéliens en 2017 est légèrement inférieur à ce qu’il était entre 1995 et 1997 et est semblable à ce qu’il était entre 1998 et 2000, tandis qu’il est clairement inférieur à ce qu’il était en 1995 pour les autres pays.
Cette situation s’explique notamment par une bulle au cours de la première décennie des années 2000, mais également une augmentation des prix de l’immobilier, phénomènes ayant pour conséquence de faire augmenter le ratio entre prix de l’immobilier et revenus disponibles d’un ménage.
En Israël, on ne peut pas parler de pire ratio connu, toutefois l’on constate que jusqu’à la moitié de la première décennie des années 2000 ce ratio baissait – voire de plusieurs dizaines de pour-cent – avant de connaître une explosion ; en d’autre termes, le pouvoir d’achat n’a eu de cesse d’augmenter, avant de connaître une chute drastique.

Autre constat, les inégalités d’évolution du pouvoir d’achat entre les ménages corrélées à l’âge.
Ainsi, selon l’âge de celui générant la majorité des revenus au sein du ménage, le pouvoir d’achat a plus ou moins augmenté.
Dans les faits, l’on remarque que les revenus disponibles ont augmenté de façon moins importante que la moyenne pour la tranche d’âge 35-54 ans, tandis que pour les 25-34 elle connaît une augmentation similaire à la moyenne.

Il y a également des inégalités géographiques : dans des zones comme Jérusalem, le Goush Dan, ou encore Tel Aviv le pouvoir d’achat immobilier baisse plus fortement que la moyenne nationale et ce depuis 2004, tandis que pour le Sharon et le Nord il a diminué moins vite que la moyenne nationale.
À noter que pour Haifa, le pouvoir d’achat immobilier est similaire à ce qu’il était en 2004.

Enfin, l’on note que la dette nette (crédits moins épargnes) des ménages est en forte augmentation.

Globes

Cet article Le pouvoir d’achat voué à l’acquisition d’un bien immobilier au plus bas depuis 1999 est apparu en premier sur Crédit Immobilier en Israël.

Source: credit-immobilier-en-israel.com

Lien original: http://credit-immobilier-en-israel.com/2019/01/le-pouvoir-dachat-voue-a-lacquisition-dun-bien-immobilier-au-plus-bas-depuis-1999/