Cet aticle a été publié en premier sur ce site

En termes de transactions immobilières, 2019 fait partie des 4 années les plus fortes au cours de la décennie écoulée.
51 % des acquéreurs furent de jeunes couples, dont 28 % (11,400 transactions) le furent dans des opérations dites de « prix ciblé ».

Selon les chiffres publiés par l’Économiste gouvernemental, décembre 2019 a enregistré le plus grand nombre de transactions immobilières au cours d’un même mois depuis juin 2015.
Il s’agît également du troisième mois le plus fort au cours de la décennie passée sans pour autant que les opérations dites de « prix ciblé » [ndlr : appartements dont les prix très en deçà des prix du marché sont vendus dans le cadre d’une loterie soumise à de nombreux critères de participation] s’y soient distinguées plus que d’accoutumée.

32 % des transactions immobilières réalisées en 2019 le furent dans le cadre de promotions immobilières, dont la moitié dans le cadre d’opérations dites de « prix ciblé ».
2019 fut également l’année des jeunes couples : 51 % des opérations réalisées le furent par ces-derniers, alors qu’en temps normal ils sont plus proches des 40 %. Ces-derniers ont acheté pour près d’un tiers des appartements dits de « prix ciblé » tandis que les autres se sont massivement rabattus sur des promotions classiques à des prix avantageux.
Cet engouement pour les premières mains a eu quelques conséquences sur le Marché de particulier-à-particulier, faisant passer le nombre de ceux changeant de résidence principale de 40 % à 36 %.
Au cours du seul mois de décembre 2019, les jeunes couples ont acquis 6,000 appartements dont seulement 1/3 dans le cadre d’opérations dites de « prix ciblé ».

Ces chiffres sont plutôt encourageants et démontrent que l’immobilier à de beaux jours devant lui en matière d’investissement ; de fait, ceux espérant une baisse des prix se sont résignés et réinvestissent le Marché.
L’on peut également les expliquer du fait de l’actuelle incertitude politique planant sur le pays en l’absence de gouvernement depuis près d’un an, faisant de l’immobilier une « valeur refuge », ce qui n’est pas sans conséquences sur les prix.
Ainsi, ceux hésitant jusqu’à peu encore, ont préféré acheter tant qu’ils le pouvaient encore ; avant que les prix n’aient trop augmenté.

Concernant les investisseurs, avec 14,000 opérations réalisées en 2019, ils ne représentaient que 13 % du Marché.
De fait, depuis avril 2016, ces-derniers procèdent essentiellement à la vente de leurs appartements, ayant réduit durant cette période le stock de logements détenus par ces-derniers de 22,000 unités.
Et pour cause, les raisons de ce désengagement sont multiples : la fiscalité accrue, ralentissement de l’augmentation des prix et rentabilité en perte de vitesse.

En ce sens, la Périphérie devient de plus en plus attractive, que ce soit pour les investisseurs, comme pour les jeunes couples.
Les investisseurs y trouvent de l’immobilier moins cher qu’en ville, tandis que les jeunes couples y font l’acquisition d’appartements acquis dans le cadre d’opérations dites de prix ciblé.

Globes

La formule infiné

Source: credit-immobilier-en-israel.com

Lien original: http://credit-immobilier-en-israel.com/2020/02/immobilier-decembre-2019-record-des-ventes-depuis-2015/