Cet aticle a été publié en premier sur ce site

Moody’s, l’une des principales agences de notation internationales, met Israël en garde sur le devenir de sa note : l’absence de constitution d’un gouvernement stable et la gestion économique sans budget depuis près de 500 jours pourraient affecter la note d’Israël, qui est actuellement de A1.

Moody’s estime qu’en l’état, le déficit budgétaire pourrait passer de 72 % à ce jour à 80 % d’ici 2024.

Moody’s, l’une des principales agences de notation internationales, a mis Israël en garde quant à une possible baisse de sa notation le 20/05/2021 dans une dépêche lui ayant été directement adressée.

En cause ? L’absence de constitution d’un gouvernement stable et la gestion économique sans budget depuis près de 500 jours, qui pourraient bien affecter la note d’Israël, actuellement de A1.
En effet, et pour peu que la situation reste inchangée, Moody’s estime que le déficit budgétaire pourrait passer de 72 % à ce jour, à 80 % d’ici 2024.

Étonnamment, l’Agence n’a pratiquement pas abordé la question de l’opération actuellement en cours – ” Gardien du Mur” –  qui oppose Israël à l’organisation terroriste du Hamas depuis près de 2 semaines.
Non, selon elle c’est bien l’instabilité politique, qui cache pudiquement l’absence d’un Gouvernement stable, depuis 2 ans et demi qui pourrait affecter la note d’Israël, note étant déjà élevée au regard de celle donnée à d’autres pays à l’Économie similaire et ne jouissant pourtant pas de la même note qu’Israël.

Afin de bien prendre conscience de l’ampleur du problème, à savoir l’instabilité politique d’Israël, il convient de rappeler qu’à ce stade 80 pays ont déjà vu leur note se faire dégrader par diverses agences de notation en raison des conséquences de la pandémie de Covid-19, tandis que cette dernière n’a pas eu de conséquence sur la note d’Israël ; mieux, dans leurs rapports, ces mêmes agences citaient Israël en exemple dans sa capacité à faire face à la crise du coronavirus aussi bien sur le plan économique que sanitaire, soulignant la reprise rapide de son Économie à la faveur d’un vaste plan de vaccination de sa population.

Dans sa “missive” adressée à l’endroit d’Israël, Moody’s estime que le conflit opposant actuellement Israël à l’organisation terroriste du Hamas ne devrait avoir que peu de conséquences sur l’Économie israélienne ; rien comparativement aux problématiques liées à l’absence de gouvernement.
C’est dire l’importance du risque qu’incarne selon l’Agence ce dernier point.
À noter par ailleurs, qu’au cours des dernières années la note d’Israël n’a fait que s’apprécier et ce sans discontinuité.

Sur le plan politique, les économistes de l’Agence estiment que les tensions grandissantes entre les différents acteurs politiques ne feront qu’exacerber la situation actuelle menant indubitablement vers une impasse, ce qui ne sera pas sans conséquences sur la note israélienne.

De fait, au terme de 4 élections – dont la dernière s’est tenue en mars 2021 – en à peine 24 mois, n’ayant abouti sur rien, le Parlement est plus divisé que jamais, sans que les deux blocs en présence, celui de l’actuel premier Ministre Benjamin Netanyahou, et celui de ses opposants, n’aient réussi à constituer un Gouvernement stable et majoritaire, si bien que selon Moody’s, Israël devra se préparer à un cinquième tour des élections…

Poussée à son paroxysme, cette situation pourrait entrainer une stase gouvernementale avec un Parlement ne votant plus aucune loi.

À ce stade, les économistes de l’Agence imputent à cette situation politique délétère l’absence de budget voté et plus largement de politique Économique pour le Pays, au cours des dernières années.

En découle que certaines réformes majeures devant être menées n’ont pu l’être et que certains budgets essentiels n’ont pu être votés.
En ce sens, l’Agence s’interroge sur la capacité d’Israël en l’état à établir un plan de réduction du déficit budgétaire.

Enfin, et pour revenir sur le plan sécuritaire, et en dépit des milliers de missiles ayant été tirés par l’organisation terroriste du Hamas sur Israël, tirs ayant entraîné le lancement de l’opération “Gardien du Mur”, l’Agence s’appuie sur les démonstrations de résilience dont Israël à fait montre au cours des différents conflits, ces derniers ayant été quasiment sans conséquences sur la vigueur de l’Économie israélienne.

Forte de ces démonstrations, Moody’s estime qu’encore une fois, dans le cas présent, ce conflit devrait être quasiment sans conséquences pour l’Économie du Pays et ne devrait en rien entraver la forte reprise économique du pays au sortir du Corona.

Source: ouvrir-un-compte-bancaire-en-israel.com

Lien original: https://www.ouvrir-un-compte-bancaire-en-israel.com/lagence-de-notation-moodys-envisagerait-une-revision-de-la-note-disrael/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=lagence-de-notation-moodys-envisagerait-une-revision-de-la-note-disrael